Je stress ! Je mange...

Publié le : 27/12/2016 08:03:57
Catégories : Conseils nutritionnels Rss feed , Minceur Rss feed

Je stress ! Je mange...

Le stress et les émotions me font manger, est-ce normal ?

Normalement, en situation de stress, votre corps devrait libérer de la cortisone et de l’adrénaline ce qui a tendance à vous couper l’appétit. Mais pour certaines personnes, le stress ne va pas leur couper l'appétit du tout! Au contraire, si des aliments gras ou sucrés sont à portée de main, il est possible qu'elles se précipitent dessus. Il s'agit de “mangeurs émotionnels” ou de “mangeuses émotionnelles”, les femmes étant beaucoup plus concernées que les hommes. Pour ces mangeurs de l'émotion, ces aliments sont réconfortant, ce sont des aliments “doudou”.

Inutile d’opter pour un produit allégé afin de remplacer votre aliment de réconfort par un fruit ou un yaourt, cela n'apporte que de la frustration et l’envie reste toujours.

Je me venge sur la nourriture, pourquoi ?

Quel est votre aliment La biologie et nos gènes ne nous prédisposent pas tous à réagir de la même façon face au stress. Certaines personnes sécrètent en effet moins de sérotonine, molécule libérée dans le cerveau pour faire face au stress. Ells sont donc plus sensibles au stress que les autres. Il se trouve que la prise d’aliments sucrés permet d’augmenter les taux de sérotonine dans le cerveau. Une mangeuse ou un mangeur 

Les facteurs psychiques peuvent également conditionnent notre gestion du stress. En fonction de notre éducation, nous réagirons différemment. Nos parents nous réconfortaient-ils avec une douceur à manger... Du coup, il y a de grandes chances que nous ayons gardé de genre d'habitudes à l'âge adulte.

Notre conseil : Un peu de souplesse

C’est décidé, je ne touche plus au chocolat ! Mais au premier coup de stress, à quoi pensez-vous ? Au chocolat... et plus vous essayez de le chasser de votre esprit, plus vous y pensez... jusqu’à ce vous craquiez ! Les études des médecins sont formelles, les personnes, notamment les femmes, qui s’interdisent de façon rigide leurs aliments plaisirs risquent encore plus que les autres de craquer en cas d'événement stressant. Alors un peu de souplesse, sus aux interdits. La rigidité n'est pas la solution. 

Que puis-je faire ? Positivez ! 

Si vous êtes concerné(e) par ce souci, c’est que vous mangez trop d’aliments caloriques devant une situation stressante. C’est donc sur le stress qu’il est important d'agir. Afin de diminuer votre alimentation émotionnelle, apprenez à gérer vos émotions et votre stress plutôt que de vous interdire vos aliments “doudou”. Souvent, on a tendance à se focaliser sur les évènements négatifs plutôt que de positiver sur les belles choses qui nous entourent. Une telle attitude favorise la mélancolie, la tristesse et le stress... Il est donc essentiel d'en prendre conscience et de vous concentrer sur les choses positives autour de vous. Une personne agréable, la nature magnifique qui vous entoure, en passant par le rire d'un enfant... Concentrez-vous et méditez sur le positif qui vous entoure forcément. 

Je veux mon “doudou”. Comment faire ?

Effectivement, l'apprentissage de la gestion du stress ne se fait pas du jour au lendemain. De toute manière, une habitude depuis l'enfance laisse souvent des habitudes profondément ancrées. Il vous arrivera probablement d’avoir envie de votre aliment “doudou”. Comme nous l’avons déjà évoqué, ne luttez pas forcément! Il ne s'agit pas n'ont plus d'une guerre de positions. 

Prenez du temps pour vous en vous asseyant dans un canapé confortable.Analysez vos envies et vos sensations. Respirez profondément durant pendant quelques minutes. Après avoir pris ce temps pour analyser votre envie, prenez du temps pour consommer un petit morceau de votre aliment “doudou” tout en vous focalisant sur lui ! Dégustez le assis, au calme, sans télévision, téléphone ou tabette pour vous distraire de ce moment de plaisir. Usez de tous vos sens : prenez le temps de le sentir, de le regarder et de l’écouter croustiller... Plus vous mangerez avec un maximum d'attention, plus votre plaisir augmentera et vous réduirez progressivement les quantités de votre aliment de réconfort sans autre grand effort. Sympa non? 

Autre conseil malin, "craquez" pour un encas saint riche en protéines, faible en sucres et en graisses comme les encas gourmands Herbalife. Un geste simple qui vous apporte un maximume de nutriments et protéine pour seulement 107 calories. Du coup, pas besoin de culpabiliser.

Ne pas culpabiliser

Si vous vous êtes accordé un aliment réconfort, c’est que vous en aviez probablement besoin. Culpabiliser ne fait qu’entrainer de nouvelles émotions négatives qui vont à nouveau vous pousser à manger des aliments réconfort. Félicitez-vous plutôt de la démarche dans laquelle vous vous êtes engagé(e) et soyez gentil(le) avec vous-mêmes en vous accordant ce moment de plaisir et de réconfort.

Persévérez 

En accueillant vos envies plutôt qu’en luttant contre elles et en vous autorisant à prendre du plaisir à manger vos aliments réconforts, vous pourrez limiter vos prises d'aliment "doudou". Avec le temps, vous aurez de plus en plus de facilités à gérer vos réactions compulsives et votre stress. Déjà un message positif pour aujourd'hui...       

N'hésitez pas à partager votre expérience en commentaire et à partager cette article sur les réseaux sociaux!

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)